Still mine – Une simple histoire d’amour

Craig Morrison a 88 ans, et ça ne l’empêchera pas de construire une maison de ses propres mains, au grand dam de sa famille et de l’inspecteur des travaux local. Encore faut il savoir pourquoi il y met tant d’acharnement !

Nationalité : Canada
Réalisé en 2013 par Michael McGowan

Still Mine est l’histoire d’un couple comme on peut rêver de le devenir : 80 ans passés, un amour tendre toujours présent malgré les années, une famille indépendante et heureuse.
Cependant, avec l’âge vient aussi la maladie. Pas forcément celle à laquelle on s’attend, physique. Elle peut aussi être mentale. Darwin n’aurait pas été surpris, le tri de l’évolution se faisant avant d’avoir des enfants, les maladies de l’âge restent avec notre héritage.

Image associée

J’ai vu plusieurs films sur Alzeihmer, des fois précoces. Still mine présente le sujet de manière intime, selon le point de vue de Craig Morrison, 88 ans. Sa femme commence à avoir des signes de la maladie, se perd. Il décide alors de construire une maison sur un terrain qu’ils possèdent depuis longtemps, un seul étage, qui lui permettra de mieux prendre soin d’elle. Vivre dans une maison à étage lui parait à terme impossible.

Malgré son âge, on observe avec incrédulité Craig se plonger dans un projet qui semble trop grand pour lui. Construire lui-même sa maison. Ce n’est pas qu’on craint pour sa technique, mais vraiment, à 88 ans ?! Une folie, non ? Sa famille partage avec raison ce sentiment. Pourtant, n’est ce pas naturel d’avoir des projets d’envergure ? Quand on voit son enthousiasme, est-il possible de lui refuser ?

Mais l’opposition de sa famille n’est pas le plus gros frein que Craig va rencontrer. Alors qu’il bâtit sa maison, il se rend compte que de nos jours, il ne suffit pas de mettre les planches au bons endroit et se heurte à l’administration et aux règles, aux normes… le grand plaisir de tout à chacun.

L’intelligence de ce film est de nous montrer la maladie de sa femme par ses yeux, n’en faisant le point focal du film que par son effort à leur offrir un meilleur confort de vie à tout deux. A travers son obstination, ses efforts, on incompréhension, on perçoit aussi son déni face à la maladie inéluctable de sa femme, son dévouement à celle ci, mais aussi à ses limites à la guérir.

Résultat de recherche d'images pour "Still mine"

Still mine est une histoire d’amour, entre un homme et sa femme qui est « toujours à lui », malgré sa mémoire qui efface peu à peu les souvenirs de leur vie. Still mine, une belle histoire de volonté et de persévérance.

Michael McGowan aura mis ses compétences à créant une oeuvre pleine d’amour, sans artifices et au service de la performance des deux acteurs principaux, Geneviève Bujold et surtout de James Cromwell.

Je recommande :

  • Still Alice : une autre histoire d’une femme touché par Alzeihmer encore jeune, interprété par l’excellente Julianne Moore et son combat pour vivre avec cette maladie
  • Oasis : deux jeunes gens atteints de maladie mentale, plus ou moins prononcés, tombent amoureux, malgré leur circonstances dramatiques (ma critique). J’en garde des frissons !
  • Always : une autre histoire d’amour, plus jeune cette fois ci, entre un boxer et une jeune femme aveugle (ma critique)
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s